Réponse de Madame la Bourgmestre à l’interpellation de Madame Julie DE GROOTE, Conseillère communale, relative à la création d’une place Lumumba à Ixelles.

Je vous remercie pour votre interpellation qui donne l’occasion au Collège de s’exprimer sur des thèmes qui ont effectivement leur importance. Vous faites tout d’abord mention de la question dite de la « Mémoire Coloniale ». Je pense que nous sommes tous d’accord dans cette assemblée pour admettre qu’il est essentiel pour une société de connaitre son histoire et de participer à la politique de mémoire, en construisant cette mémoire collective autour de
valeurs partagées. L’histoire de la colonisation belge, comme tous les autres épisodes historiques, en fait bien entendu partie intégrante. Raison pour laquelle, avec les membres du Collège, je me suis montrée tout à fait disposée à recevoir et écouter les associations œuvrant pour la préservation et la diffusion de cette partie de notre histoire. Nous pouvons ne pas partager les mêmes aspects de revendications mais nous nous accordons tous sur la nécessité du devoir de Mémoire.

C’est pourquoi le Collège a dernièrement soutenu l’organisation d’une conférence en ce sens, mettant à disposition des locaux et accordant un subside pour ce faire à l’ASBL Change, et au Collectif Mémoire Coloniale. Avec des membres du Collège, nous avons reçu au préalable les associations afin d’affirmer notre collaboration pour cet événement. Par ailleurs il appartient aux pouvoir publics de décider de quelle manière cette mémoire collective peut s’exprimer,
prendre place et forme sur l’espace public. La création d’une place Lumumba à Ixelles a fait l’objet d’un débat en 2013 qui s’est soldé par un vote négatif de la majorité du Conseil communal. Même si un tel espace devait exister, plusieurs points ne peuvent être ignorés et
posent question : la pertinence du lieu choisi, l’aspect sécurité et tranquillité du voisinage qui est une priorité, les riverains doivent être associés et consultés, le fait que le lieu serait sans doute un espace de rassemblement et n’est donc pas adapté à toutes les configurations existantes…

Ce soir, il est assez tard, on ne va pas commencer un débat très long. Je vous propose pour que toutes les positions puissent être exprimées, c’est de faire une Commission « Affaires générales » où tous les groupes seront représentés et comme ça nous aurons l’occasion de voir ce que le Conseil communal pourrait proposer pour le devoir de Mémoire et poser un acte. Je pense que ce n’est pas au sein de cette Assemblée et à cette heure-ci que nous pourrons débattre mais par contre au sein d’une Commission « Affaires générales ». Nous la ferons d’ici un bon mois vers les 18 heures. Nous vous communiquerons rapidement la date pour cette
assemblée.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *