Archives de catégorie : Non classé

Deux ans d’expositions des peintres populaires du Congo

Avec Rosario Giordano, prof d’histoire de l’Afrique à l’université de Calabria et Matthias De Groof de l’Université d’Anvers qui donnait un preview du livre à paraître l’année prochaine sur Raoul Peck et l’iconographie de Lumumba. 
Ce livre donne suite au colloque organisé autour de Raoul Peck en février 2016 à l’université d’Anvers et l’expo « Boulevard Lumumba » qui l’accompagnait et auquel la Bibliothèque Lumumba a contribué une installation mixtes de blow-ups des images des magazines de l’époque de la crise congolaise et de tableaux des Peintres populaires du Congo sur Lumumba, spécialement peints pour cet expo.
C’est aussi dans cet expo que la denT géanTe de Lumumba a été introduite. 
Grand merci encore à Jan Vandenhoeck et Wouter Van Loo de Boulevard Amandala qui ont rendu TouT cela possible.
C’était un drôle d’expérience aussi pour moi d’entrer avec une géante dent de Lumumba à l’université d’Anvers, mon Alma Mater que j’avais quittée 25 ans auparavent avec une contribution au colloque international autour de Paul De Man « Oratory Against Oratory: Paul De Man on Nietsche on Rhetoric », que vous pouvez lire online si vous voulez (https://books.google.be/books…)

Grand merci aussi aux peintres Moké FilsTresor CherinDjanny MokeJP KianguSamilus NgalaAnge Kumbi, Jimmy Cherin, Mayamba et Alqisi Mowba pour leurs magnifiques tableaux qui sont actuellement exposés dans la Bibliothèque Lumumba et sont en vente qu’on puisse tout d’abord rénumérer les artistes pour leur travail et financer en plus les futurs projets de la Bibliothèque Lumumba. 
Ces tableaux ont entre-temps parcourus toute un parcours, des catacombes de mon Alma Mater au Kuumba à Matonge au Pianofabriek à St-Gilles au S.M.A.K à Gand au Casa Latina à Matonge pour enfin retourner à la maison, à la Bibliothèque Lumumba.
Ils ont étés publiés dans plusieurs journals et magazines comme El Pais, Politico et Médor.
Ils ont aussi apparus dans plusieurs vidéo clips de « Génération Lumumba » de Gioia Kayaga & One Cell Foundation à « Dignity » De Lukau Jovita et j’en passe.

Enfin, n’hésitez pas de faire un offre. Ils doivent tous être vendus avant la fin de l’année! (Voir www.actio-in-distand.lumumba.be/galleries )

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Interpellation par Julie De Groote autour de la Place Lumumba au conseil communal d’Ixelles le 21/9/2017

Madame la Bourgmestre,
Beaucoup a été dit et surtout fait autour de la Mémoire Coloniale.
Le jeudi 24 octobre 2013, avec le groupe ECOLO, nous avons déposé une motion demandant au collège des Bourgmestres et Echevins de baptiser la place derrière l’Eglise Saint-Boniface : Place Patrice
Lumumba. Cette motion soutenue par différents mouvements citoyens s’est vue opposer une fin de non-recevoir, la majorité préférant baptiser cette place du nom d’un « Africain plus consensuel ». Déjà à l’époque, je ne comprenais pas cette volonté et encore moins son sens. Du temps s’est écoulé depuis ce conseil communal et beaucoup s’est dit sur la mémoire coloniale cet
été. Lors d’un débat auquel j’ai participé avec mon fidèle collègue de lutte, Ken, Béa Diallo qui représentait donc le Parti socialiste et Gisèle Mandaïla, le Parti Défi, ont tous deux défendu la création
d’une Place Lumumba à Matongé. Je m’en suis d’ailleurs fort réjouie.
Lors de ce même débat, Georges-Louis Bouchez qui représentait le MR a entendu les différents groupes citoyens et avait promis de porter le débat au sein du Conseil communal de la ville de Mons.
Il y a, depuis lors, effectivement déposé une motion demandant l’installation d’une plaque commémorative de l’indépendance du Congo et de son père fondateur Patrice Lumumba.  Aujourd’hui,
je tiens à féliciter Georges-Louis Bouchez, la majorité PS-cdH mais surtout les différents groupes citoyens puisque la majorité s’est dit d’accord au principe de commémorer Lumumba et que cela se
ferait en dialogue avec les représentants de la communauté congolaise. Comme l’a répété le Bourgmestre de Mons, les descendants d’origine africaine ont besoin de connaître leur histoire.
Pour revenir à Ixelles, Madame La Bourgmestre, nous abritons le quartier Matongé au cœur de notre commune. Nous devrions pouvoir plus que quiconque être capable de parler de notre histoire
coloniale à nous. Les choses ayant évoluées si positivement à Mons et l’ayant été par votre Parti sans compter le soutien accordé publiquement par le PS et Défi, je voudrais savoir Madame la Bourgmestre quelle sera la suite donnée par Ixelles pour la création de la Place Lumumba à Matongé.

Julie de Groote
Cheffe de groupe cdH

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

La relativité d’une plaque commémorative … R.I.P. Paul Panda Farnana

Paul Panda Farnana, premier universitaire congolais qui a terminé ses études secondaires à l’athénée royale  François Rabelais, juste en face de la place Lumumba.
Pour que  le deuxième congolais termine son secondaire il fallait encore attendre un demi siècle …
A qui m’adresser pour que cette plaque soit restaurée?

Faut voir son son incroyable curriculum.  Juste le fait que ce grand pionnier congolais du panafricanisme ait étudié à l’athénée François Rabelais, justifie que la place Lumumba y à sa place en face.
Le bâtiment, qui héberge actuellement l’école de théâtre i’I.N.S.A.S., va d’ailleurs  être complètement transformé dans le cadre du nouveau contrat du quartier Athénée, doté de 15.000.000 euro, dont deux tiers seront destinés à la transformation de l’ancien Athénée. 
Et pourquoi pas baptiser ce future complexe « PAUL PANDA FARNANA » ?
En face de la place PATRICE LUMUMBA plein ;o)

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

« Devoir de mémoire », la question de la place Lumumba à Matonge revisitée. 

Convaincu de la « nécessité du devoir de mémoire » le collège des bourgmestres et échevins de la commune d’Ixelles a unanimement approuvé au dernier conseil communal, le 21 septembre, d’instituer une commission pour reconsidérer la question d’officialiser la Place Lumumba créé de facto depuis plusieurs années derrière l’église Boniface à Matonge par une initiative citoyenne du quartier. Cela, presque jour par jour, quatre ans après la motion déposée à ce sujet par Julie de Groote et Ken Ndaye au conseil communal d’Ixelles suite a une requête officielle d’habitants de la commune adressée au collège des bourgmestres et échevins d’Ixelles en septembre 2013. 

En dehors des conseillers communales si bien de la majorité comme de l’opposition qui participeront à la commission, la bourgmestre annonçait aussi d’y associer les différentes organisations qui militent pour la décolonisation de l’espace public et qui se sont aussi mobilisées depuis 3 ans pour la création de la place Lumumba à Matonge. La Bourgmestre mentionnait les associations Intal, Change et Mémoire Coloniale auxquelles la commune avait déjà octroyé des subsides pour organiser une conférence autour de Patrice Lumumba à la veille de la mobilisation sur la place Lumumba le 30 juin dernier. 

Certe un beau geste de la commune et je ne peux que me réjouir du soutien du monde politique et associatif  pour la création d’une place Lumumba. Mais, comme l’histoire du Congo ne commence pas avec les expéditions de Stanley, ni avec la conférence de Berlin, l’histoire de la place Lumumba à Matonge ne commence ni avec l’interpellation de Julie de Groote et Ken Ndyae au conseil communal il y a 4 ans, ni avec l’occupation  de la place Lumumba par Change, collectif Mémoire Coloniale & Intal il y a 3 ans.

Bienque leur soutien pour la création d’un place Lumumba à Matonge est fort apprécié,  je tiens à rappeler – ne fût-ce que par devoir de mémoire – que le projet de la place Lumumba à Matonge est avant TouT un projet du quartier et que ce projet, issue  de la rencontre il y 12 ans d’un belge et un congolais, deux passionnés de livres et de l’histoire du Congo, allait de paire avec la création d’une bibliothèque dédiée à la mémoire de Patrice Lumumba. Cette bibliothèque a entre-temps toute une histoire et contient actuellement plus de 10.000 ouvrages concernant la colonisation et la décolonisation en général et de l’Afrique et les anciennes colonies belges en particulier. 

 j

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn